À Sax Perdu.

Sax avant d’être Sax à vent, à été Sax d’été, Soleil ardent, Sophie s’est levée et le chant a partagée. Sax d’antan qu’est le vent qui souffle dans son étui, il se tu, d’être en avant. Le silence le tu de sons ardents. Sylvie Vartan la vieille d’antan, chanteuse de Bar pour disque perdu, disque d’or pour Barbarie d’orgue qui le sax suit. Sachant Saxer, je solfie le chant, d’un souffle perdu, éperdu de tendre moment, de tant de moments que je n’oublie. Je joue sur les mots comme je souffle sur les maux, qui viennent du font d’un son d’harmonie et d’unisson, S’unissant dans un solo de Saxo qui ne s’arrête qu’après, un étouffement de sons dans un silence obligatoire, après la pause du café de 10h00. Je chante et m’enchante de ce son éperdu d’un chorus dans lequel je suis un peu perdu.
Jorge Castro

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s